Podgorica

Index

Un endroit qui ne prétend pas être quoi que ce soit, par exemple une “métropole occidentale cool”, pour attirer les touristes. Elle est comme elle est – une petite capitale douillette avec des citoyens sympathiques et chaleureux parce qu’ils sont comme ça et non pas parce que tu es un étranger.

Et les lieux “touristiques” ne sont pas ce que Podgorica peut offrir de mieux. Il y a une certaine beauté mélancolique dans cet endroit que tu ne peux découvrir qu’en passant dans les rues en silence, sans être dérangé par des groupes bruyants de gens pressés.

Podgorica (“sous une petite colline”)

Pont du millénaire de Podgorica, Monténégro.
Pont du Millénaire à Podgorica

Lorsque nous avons décidé de célébrer le réveillon 2017 avec nos amis à Podgorica, la capitale du Monténégro, je dois avouer que j’étais un peu sceptique. Ma première pensée a été “compte tenu de la taille (220 mille habitants), nous allons en avoir fini avec les visites en quelques heures seulement”. La deuxième pensée (heureusement) était plus optimiste : “mais, dans ce cas, nous aurons plus de temps pour goûter le vin du Monténégro”.

Lorsque nous sommes arrivés à Podgorica en début d’après-midi, nous avons ressenti un énorme changement par rapport à notre maison de Berlin. Tout d’abord, il faisait beau (c’est quelque chose d’inhabituel de voir la lumière du soleil à Berlin en hiver). Deuxièmement, il n’y avait pas d’affluence dans la ville. Nous avons vu peu de passants dans les rues douillettes.

La plupart des magasins étaient fermés à cette heure-là, à l’exception des cafés et de quelques magasins d’alcool (que nous avons visités pour acheter quelques boissons locales). Sur la place du marché, une scène de concert était en cours de construction pour la fête du réveillon du lendemain. Les enfants éclaboussaient l’eau qui coulait de la fontaine, et malgré les températures fraîches, il y avait des palmiers verts qui poussaient dans les rues en béton. Après un Berlin au rythme rapide, ces scènes nous ont presque semblé se dérouler au ralenti.

Panorama de Podgorica avec les montagnes monténégrines en arrière-plan.
Zone résidentielle de Podgorica

Après une courte marche, nous avons trouvé un café qui semblait prometteur. Même s’il n’y avait pas assez de place pour un groupe de 7 personnes, les serveurs ont déplacé les tables pour que nous puissions nous asseoir ensemble – une bonne première impression. La deuxième bonne impression a été la nourriture – les portions étaient presque impossibles à terminer en une seule fois, et tout était à un prix raisonnable. Le café était bondé et la musique moderne des Balkans passait sur la télévision suspendue au-dessus du bar.

Comme nous l’avons découvert plus tard, ce type de musique électronique était quelque chose d’unique dans cette région. Dans presque tous les bars et restaurants que nous avons traversés, il y avait au moins une télévision où l’on pouvait regarder des clips vidéo avec des femmes toutes belles, parfois à moitié nues, qui dansaient au rythme d’une musique électro moderne, parfois mélangée à des sons folkloriques.

Une combinaison difficile à décrire si tu ne l’as pas entendue toi-même. Malgré mon féminisme qui protestait dans ma tête (“pourquoi les femmes doivent-elles être nues ?”), il y avait quelque chose de charmant dans ces sons qui nous suivaient partout. Nulle part ailleurs je n’ai pu observer une telle absence de musique internationale populaire et une telle concentration sur les groupes locaux.

Monument de Vladimir Vysotsky avec le pont Millennium en arrière-plan à Podgorica, au Monténégro.
Monument à Vladimir Vysotsky à Podgorica

Si l’on est amateur de cuisine balkanique et que l’on n’est pas végétarien, Podgorica est un paradis. Les plats de viande les plus courants que nous avons essayés étaient Ćevapi, Pljeskavica (un hamburger local) et Ražnjići, que tu peux trouver dans de nombreux restaurants, mais aussi en tant que nourriture de rue. En gros, tout ce qui contenait de la viande était au menu. Par ailleurs, nous avons découvert une autre variante du “fromage sur le dessus” – Njeguški sir – fromage conservé dans l’huile. Ces plats s’accompagnent très bien de vins monténégrins blancs et rouges issus du cépage Vranac – un ancien type de raisin typique de la Macédoine, de la Serbie et du Monténégro, qui est cultivé principalement au Monténégro, dans les régions autour de Podgorica.

Nous avons eu deux jours pour nous promener. Le ciel bleu clair nous a permis de voir la colline Gorica qui surplombe la ville (et qui lui a donné son nom). Tu peux tirer tes propres conclusions sur le nom du Monténégro (“montagne noire”), car la capitale se trouve en fait dans une zone plate. Podgorica est entourée par deux rivières : Morača et Ribnica. Le premier s’étend sur une vallée au milieu de la ville, et ce fut une expérience agréable que de se promener le long de son eau vert turquoise, qui contrastait avec les pierres blanches qui recouvraient ses rives.

L’architecture

La cathédrale de la Résurrection du Christ à Podgorica, au Monténégro, est une architecture moderne avec des éléments de style byzantin.
Cathédrale de Podgorica

L’architecture de Podgorica n’est pas non plus facile à décrire. Elle est marquée par des changements de régime. La partie la plus ancienne de la ville n’est pas comme dans les autres villes. C’est presque purement un quartier résidentiel avec de vieilles maisons et des rues étroites. L’époque de l’Empire ottoman a également laissé des traces dans cet endroit – nous y avons trouvé deux mosquées et une tour d’horloge pittoresque. C’était une expérience tellement distincte pour nous de la comparer à l’endroit où nous avons séjourné à Nova Varoš (“nouvelle ville”), où les rues étaient aussi larges que dans d’autres villes européennes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Podgorica a été presque rasée et a été construite comme une ville yougoslave dans le bloc communiste (la ville s’appelait alors “Titograd” – au nom de Josif Brod Tito, le président de la Yougoslavie). Ces immeubles étaient typiques de cette époque et étaient peints de couleurs vives à de nombreux endroits, ce qui donnait à la ville un aspect plus vivant. À partir des années 90, la révolution urbaine a commencé et les nouveaux bâtiments d’acier et de verre ont été érigés. C’est également à cette époque que le pont du Millénaire et l’église orthodoxe Hristovog Vaskrsenja ont été construits et sont devenus les principaux points de repère de la Podgorica contemporaine.

Tour de l'horloge (Sahat Kula) à Podgorica, Monténégro. Vue de l'époque ottomane.
La tour de l’horloge à Podgorica

Un autre exemple de cette tendance acier et verre à Podgorica est la rue George Washington, qu’il faut absolument emprunter pour vivre une expérience unique. Nico et moi y sommes allés pendant la journée et nous étions les seules personnes à passer devant les boutiques luxueuses mais vides comme Emporio Armani, Max Mara et autres. Une playlist de chansons de Noël américaines était diffusée par les haut-parleurs et semblait démarrer au moment où nous nous sommes approchés de ces bâtiments. Puis, soudain, après quelques pas supplémentaires loin de cette rue, nous avons été entourés de personnes marchant lentement vers les immeubles de bureaux alentour ou vers un restaurant préféré.

C’est ainsi que je pourrais résumer l’expérience de Podgorica : une ville unique et confiante dans sa culture, où la musique locale, la nourriture et la convivialité authentique prennent le pas sur la pop-culture occidentale largement répandue. Cela ne veut pas dire que nous avons eu un choc culturel, il y a beaucoup d’Europe dans cet endroit. Tu pourrais aussi te sentir en sécurité et à l’aise dans tous les quartiers de la ville. Ce que je veux dire, c’est que la confiance et l’éloge de leurs propres traditions se sont tellement répandus dans la réalité moderne, qu’ils en sont devenus une partie intégrante. Ces traditions ne sont pas seulement historiques, comme dans de nombreux pays occidentaux ; elles sont vivantes et se développent sous de nouvelles formes, en s’adaptant au monde moderne qui nous entoure.

Église Saint-Georges de Podgorica et parc autour de la colline Gorica, Monténégro.
Église de Saint-Georges

Picture of Daria Trinkhaus

Daria Trinkhaus

Daria Trinkhaus is a writer, who loves to discover the hidden stories behind each and every place she visits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *